30 mai 2018

Quand le futur se dessine...

Le mois de mai était fort attendu par ici, parce que c'est le mois où nous attendions le verdict final de mon affectation en septembre prochain. Pour ceux qui ont du mal à suivre je suis en congé parental depuis février 2017, ce qui fera 1 an et demi sans avoir remis le nez dans mes cahiers. J'avoue avoir été très angoissée par cette affectation. Dans ma tête l'expression " à quelle sauce vais-je être mangée?" tournait en boucle! 

Mon futur poste de maîtresse

Je ne vais pas vous faire languir, j'ai eu la grande chance d'avoir un poste au premier mouvement (ce qui assez inattendu vu le nombre de points que j'ai he he!). Je vous passe l'immense déception que j'ai vécue après avoir été affectée sur 4 super postes tout prêts de chez nous (avec une école dont je connaissais le potentiel "alternatif"), on va appeler ça rapidement les dommages collatéraux du mouvement intra-départemental. Passés les premiers jours "crises de nerfs" à essayer de comprendre le pourquoi du comment, mon esprit a commencé à accepter et surtout à voir la richesse de l'année qui se profile. Je serai donc maîtresse de maternelle (explosion de joie) dans 4 classes différentes  dans 3 écoles (ah ah, tu sens que ça se gâte?) avec plein de niveaux mélangés (hou là là, mais qu'est-ce que c'est que ça!!!). Lol je ris toute seule car je sais que ça ne va pas être de tout repos et que je vais devoir faire preuve d'une grande adaptabilité mais au final je vais faire connaissance avec trois équipes éducatives et découvrir quatre façons d'enseigner différentes

Je vais enseigner dans deux écoles à Lyon 8ème (TSP/PS/MS et PS/MS/GS) et une école à Lyon 2 (MS). Je rencontre mes collègues dans les semaines à venir et je sens déjà que les équipes sont avenantes et dynamiques. Je suis à la fois excitée de me remettre dans le bain et nerveuse (vais-je être à la hauteur?). Mes collègues du Nord et mes amies lointaines m'assurent que oui mais je crois que j'ai besoin de beaucoup l'entendre (y a comme un petit déficit de confiance en soi qui s'est crée ces dernières années!). L'an prochain, je serai aussi à 80% donc j'espère que je saurai gérer mon temps convenablement et bien équilibrer avec le temps de famille.

La garde d'Ulysse

Mai est arrivé avec cette nouvelle mais on en attend encore bien d'autres en ce qui concerne les gardes d'Ulysse (sur les 15 derniers jours d'août et pour l'année 2018/2019), j'attends des réponses de commissions de la mairie pour les crèches municipales et si les réponses sont négatives, il va falloir s'attaquer au plan B: harceler les crèches privées et/ou chercher la nounou en or du quartier!). Verdict en juin.

Camille, rythmes scolaires et activités 

D'autres choses se dessinent pour l'an prochain. Quand on est parents, on est un peu à la merci des nouveaux rythmes scolaires. L'an prochain, Camille et moi, nous aurons le même rythme de classe puisque toutes les écoles de Lyon passent à la semaine de 4 jours, avec des journées un peu plus longues. Il faudra donc compter sur la garderie jusqu'à 17h30 voire 18h30 si je ne peux pas faire le chemin retour dans les temps. Le mercredi, il ira au péri-scolaire le matin et l'après-midi, je me transformerai en maman-taxi pour l'accompagner à sa toute nouvelle activité " l'aïkido ".

Camille a eu l'occasion d'essayer le judo et l'aïkido pendant une semaine d'essais gratuits dans un Dojo du 6 ème arrondissement. En sortant de ce deuxième cours, le cri du coeur: Je préfère l'aïkido!

Après une première année de gymnastique à 4 ans, et quelques mois de karaté à 5 ans, nous commencerons l'aïkido pour ses 6 ans. Rien de foufou, juste une petite heure le mercredi après-midi pour l'ouvrir à un autre univers, avec d'autres façons de faire, d'être, d'agir... 

Je me souviens que lorsque je faisais de la danse, entre 7 et 14 ans, ce qui me plaisait le plus au delà du fait que j'aimais la discipline c'était cette impression de partager un univers avec d'autres personnes qui ne faisaient pas partie de l'école. Il y avait l'école ET la danse. C'était deux mondes parallèles. Et lorsqu'à l'école où je n'étais pas forcément en position avantageuse car je n'étais ni la plus douée de la classe, ni la plus jolie de la récréation (que ce monde est cruel!), à la danse, par contre, je faisais partie de ces quelques élues qui brillaient. Sans prétention aucune, je ne crois pas avoir été hors du commun mais j'étais une petite fille gracieuse, fine et souple. A l'école, j'étais souvent la plus petite de ma classe, pas très à l'aise devant un groupe (ce qui a bien changé depuis!). 

Camille a bien le temps de voir ce qui lui plaira plus tard et un jour il choisira son activité plus librement. Pour le moment, nous lui offrons "la possibilité de" pratiquer un art martial. Evidemment, nous orientons ses choix... je le reconnais, ce n'est pas moi qui lui proposerai de faire du tennis ni du foot. Mais j'ai la certitude que si plus tard ça lui dit bien d'essayer, je serai ouverte à tout (pas le foot pitié!). Avec son papa, on se dit souvent qu'il a un corps parfait pour faire de l'escalade, il est svelte, menu et il adore grimper dans les arbres. 

Camille, à ce jour, nous montre bien son grand intérêt pour la trottinette à deux roues et le skate park, il bouffe littéralement des yeux les jeunes garçons qui s'autorisent des figures aériennes compliquées. Nous venons de lui en acheter une qui lui permettra de s'essayer au free-style, reste plus qu'à l'apprivoiser. A suivre...


Retrouver des amies


Ce mois de mai nous aura aussi permis de passer de bons moments avec des amis chers. Un couple d'amis rencontrés par hasard en décembre dernier, elle, on la connaissait bien, très bien même puisqu'on a passé nos premières années d'études à Montpellier ensemble, elle était la petite amie de notre meilleur copain (qui vit désormais à Hong Kong). Aujourd'hui, elle est puéricultrice, photographe  passionnée pour les futures mamans et les petits bébés et...elle est aussi belle qu'une poupée. Lui, son mari, on le connaissait pas mais il nous a bien tapé dans l'oeil, il est photographe professionnel et absolument charmant. Nous les voyons de temps en temps, chez nous, au parc, en balade en ville pour un pique-nique improvisé et ces moments sont délicieux. Ces deux-là... j'espère que nous les garderons bien au chaud dans notre cercle de super copains. 

Il y a eu une rencontre aussi surprenante qu'inattendue, une rencontre en vrai d'une amie de très longue date virtuelle. Je savais qu'elle vivait à Lyon et notre rencontre devait bien arriver un jour ou l'autre mais par hasard je suis tombée sur sa fille (au cours d'aïkido!) et sur son amie/voisine de quartier. En moins de temps qu'il ne faut pour le dire, je me suis retrouvée à boire le thé chez la copine et là, mon amie D. est arrivée, là voici devant moi en vrai ( 12 ans de virtuel ça fait quelque chose quand même!) émues et hyper heureuses, nous nous sommes retrouvées comme si nous nous connaissions depuis une éternité. Quelques jours plus tard, nous étions à la fête des voisins de son quartier. De vrais bons moments, de vrais personnes sympathiques, chaleureuses avec qui ça matche. 


La suite...

En juin, je vais rencontrer mes futurs collègues, entrevoir mes futures classes et certains élèves. Je vais tester pour la première fois les chemins que j'emprunterai quotidiennement l'an prochain. 
En juin, il faudra régler la question d'Ulysse.
En juin, nous aurons de la visite de la famille mais aussi des copains de Hong Kong. 
En juin, Camille fera ses dernières semaines de maternelle.
Et j'espère que nous aurons d'autres bonnes surprises!



2 commentaires:

  1. Wow ! C'est sans doute ça que l'on appelle "le tourbillon de la vie" ! T'inquiète, tu as en toi un potentiel insoupçonné qui va te permettre de gérer tout ça de main de ...maîtresse.... même si parfois, cette valse te donne le tournis ... Bon courage ! Et plein de bisoussss !!

    RépondreSupprimer