25 mars 2018

La randonnée

Si vous me connaissez un peu vous savez que je n'ai jamais été une grande randonneuse, enfin si ! J'aime bien me promener, flâner, contempler et j'ai des  milliers d'heures de marche à mon actif dans quelques grandes villes d'Asie! Par contre, marcher vraiment avec des chaussures de rando sur des chemins de rando, je ne l'ai jamais vraiment fait (exception faite de cette randonnée épique sur la montagne EMEI dans le Sichuan où nous avons descendu des marches d'escaliers et des sentiers pendant 3 jours avec deux Slovènes, hum... autant vous dire que je ne savais plus marcher après cette expérience). Anyway, je ne suis pas ce qu'on appelle une randonneuse née!

Et pourtant... quel plaisir j'ai eu lors de notre marche avec des amis de Villefranche-sur-Saône quand ils nous ont fait découvrir la voie du Tacot, un chemin de campagne traversant le village de Jarnioux jusqu'au Cosset!

Au début de ce mois, nous nous sommes revus comme promis pour partager un temps en famille dans le Beaujolais (magnifique région collinaire située au nord de Lyon). Il était convenu de se retrouver à Jarnioux et de faire une marche comme ils en ont l'habitude avec leurs enfants.  Les participants: Papa grand randonneur, maman pas mal non plus (elle est modeste mais il y a du niveau) et deux enfants de 6 et 3 ans plutôt grands marcheurs. De mon côté, il faut savoir que j'ai une sacré équipe de râleurs/jveuxpasmarcher/mamanlesbras/mamanlapoussette/jemarchemaisjemarcheàdeuxàlheure. 

Jusqu'à présent, Camille n'a jamais été un gros marcheur (d'ailleurs la trottinette est sa meilleure amie lorsque nous sortons sinon ça promet pas mal de râlages sur le retour). Petit, il demandait beaucoup les bras, même sur de courtes balades, il voulait rapidement être porté s'il n'y avait pas d'autre intérêt de que de marcher (à savoir: pas de pigeon ou d'animaux en tout genre à poursuivre). Camille a  deux vitesses: l'arrêt ou la course. Entre les deux, il saute en me tirant sur le bras (et il n'y a rien au monde de plus agaçant lorsqu'on marche, essayez!). J'exagère un peu mais il y a du vrai dans ce que je dis. 

Ulysse s'en sort pas trop mal mais du haut de ses 20 mois, il ne tient pas encore sur la longueur. C'est donc légèrement inquiète que j'ai commencé la marche: Ulysse dormant dans le porte-bébé sur moi et Camille très grognon au réveil qui se cachait derrière la jambe de son père au lieu de faire connaissance avec les nouveaux copains. Hum...

Les gros nuages gris et blancs faisant place au soleil de l'après-midi, nous avons commencé à bien profiter de la beauté du paysage et de la vue sur le village.



Quelques paroles échangées plus tard avec mon amie, nous voyions déjà les deux grands garçons commencer une partie de "Go find it", un jeu de cartes très chouette qui permet aux enfants de partir à la chasse aux trésors d'éléments de la nature. Camille et son petit copain (de son nom d'indien cheveux longs!) étaient très motivés de trouver tquelque chose d'énorme, de doux, de vert, de piquant... La petite soeur bouclette n'était pas en reste et suivait parfaitement bien les deux meneurs de jeu. Quand à Ulysse, il se réveillait plus tard pour marcher un peu mais bien vite il passa de bras en bras sur le reste du chemin. 

Un super jeu pour les enfants dans la nature

La marche est passée très vite et déjà deux heures s'étaient écoulées lorsque nous sommes revenus à notre point de départ. Je n'en revenais pas moi-même d'une telle performance et pourtant je savais que pour eux, c'était une petit marche classique du week-end, nous n'avons encore rien vu! Moi j'étais un peu essoufflée à la fin.



Le chemin en lui-même était un vrai bonheur, après les étendues toutes plates du Nord, l'homme et moi étions ravis de voir un peu de relief, des chemins de forêt, des prairies, des sentiers plus étroits mais surtout des couleurs superbes! Tout était lumineux, dans les tons ocres et dorés sur fond de grands arbres verts foncés et de belles pierres. C'est exactement ce dont j'avais besoin depuis notre arrivée ici et c'est exactement ce que je veux refaire dans les prochains mois: découvrir la région et ses villages, la nature, marcher, respirer l'air frais et voir les enfants se fatiguer, se salir, être heureux. 

Après l'effort, le réconfort d'une maison et d'un goûter pris entre amis, des discussions qui peinent à se terminer, des enfants qui jouent à l'infini.. mais déjà, il est tard, et nous reprenons la route pour Lyon avec des images plein la tête de toutes ces découvertes de l'après-midi et de récits de vacances des copains. Un bol d'air frais et des nouveaux copains (avec des bières!), dites-moi s'il existe quelque chose de plus réjouissant?

3 commentaires:

  1. Tu as raison ... ça te va bien de perdre ton phone ... ;-)
    Merci de ce beau récit ! Je m'en délecte, ça sent le bonheur !

    RépondreSupprimer
  2. Et ce jeu m'intéresse ... je crois que je faire une petit commande A..zon dans les jours qui viennent ;-D

    RépondreSupprimer
  3. Oh oui, la randonnée! J'adore! Entre août et décembre nous en faisions une presque chaque weekend avec Sonam. Depuis on n'a pas réussi à s'y remettre. J'adore particulièrement les randonnées qui offrent des vues panoramiques. C'est un goût de liberté... Et t'imagine, dans l'Hérault, c'est le paradis pour les balades... Bisous à vous!

    RépondreSupprimer