17 sept. 2014

Tranches de vie - Septembre

Le matin, il est déjà 7h15 lorsque je suis sur le pas de la porte, prête à embarquer dans ma petite citadine. Je pars un peu triste de ne pas avoir vu mon petit lapin du matin mais revigorée de la nuit sans pleurs*.
Je roule environ une demie-heure, musique chinoise ou percussions orientales m'accompagnent (la radio m'a anéantie la première semaine). D'abord la voie rapide, quatre puis deux voies et enfin la campagne, les petits villages, les champs de vaches. Le soleil est rose et tout près de l'horizon, une légère brume me force à ralentir. 

J'arrive. 
Les clés. 
Le portail. 
Je suis une des premières. Dans une trentaine de minutes, la cour sera remplie par les cris d'enfants et un rang de 22 élèves un peu éparpillés m'attendra près de la fenêtre. J'attends le silence. Je les compte. Je souris. On y va.

Avec eux, point de Sophia. C'est madame T. Et aujourd'hui, j'avais enfilé ma tenue de sport pour la journée sportive au collège. Au programme: course d'orientation, escalade, relais, foot et basket. Quelques-uns de mes élèves me regardent avec malice: " Oh vous êtes pas la maîtresse de d'habitude, vous êtes madame T. n°2 qui fait du sport! ". Ils sont mignons. Ils sont vrais. En voilà de la bonne énergie positive! 

Des parents sont encore à la grille. Nous nous mettons en route. Il fait chaud, il fait beau. Après quelques jours de temps chinois, le soleil se pointe et nous brûle le visage. Le collège est à deux pas, je fais la route avec une autre maîtresse bien sympathique qui a un fort accent du nord. Thomas et Valentin sont un peu à la traîne. Je lève la voix. Ça n'a pas l'air de les presser plus que ça.

(...)

19 heures, j'entends la lourde porte du rez-de-chaussée claquer. Dans quelques secondes, le calme de l'après-midi et l'atmosphère de travail vont se transformer en retrouvailles familiales. J'enlève mon habit de maîtresse et j'enfile celui de maman. La porte s'ouvre. Un sourire, des câlins, un bisou de l'homme. En général, c'est ce moment là précisément qui détermine le reste de la soirée. Je sais que les deux heures qui vont suivre seront dures si fils et père sont fatigués. Je le vois sur leur visage. 

Le repas est en cours de préparation, Camille est déjà en train de grimper sur sa chaise. "à manger, à manger, à pâte, à pâtes!". Je nous sers un apéritif. Il fait clair dans le salon à cette-heure là. Ce qui suit n'est pas original, toutes les mamans le font tous les soirs: le bain, le pyjama et le petit temps lecture, le bibi et un petit garçon souvent épuisé qui pleurniche quelques secondes avant de sombrer.


(...)

22h30, je commence à fatiguer, il est déjà bien tard, je ne suis plus bonne à rien. Mon livre de chevet et mon lit m'appellent. Je termine le troisième volet d'une trilogie familiale québécoise écrite par Marie Laberge. C'est un véritable bonheur de lire quelques pages avant de sombrer moi-aussi dans un sommeil profond: Montréal, les années 40 puis 50, Florent, Adélaïde, Nic... je me sens aussi proche de ces personnages que de vrais amis. L'homme est transformé en geek dans le canapé... je l'appelle dans le vide avant d'éteindre. Et je fais semblant d'être fâchée quand il arrive 10 minutes plus tard. 


Ce sont les moments de septembre que je veux garder en mémoire. Et vous? Quels sont vos moments?


...................................................................................................................................................................

* Camille ne se réveille quasiment plus la nuit, il pleure très rarement, merci aux copines mamans qui m'ont convaincue de lui expliquer que la nuit ... ben... c'est pour dormir!









9 commentaires:

  1. Joli billet, joli mois de septembre!!
    Bravo Camille pour ces nuits tranquilles.
    <3

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il a fallu que j'écrive cet article pour qu'il nous fasses deux nuits difficiles, évidemment. Mais il s'est passé qqchose qui a pu le perturber... donc...
      Merci ma citrouille!

      Supprimer
  2. Ooooh tu lis Le Goût du Bonheur! Ce sont mes livres préférés, le second prénom de ma fille c'est le prénom de la mère d'Adélaïde ;)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oh que j'aime cette trilogie! Je vais être malheureuse quand je terminerai le troisième! Tu as qqchose à me conseiller dans le même genre?
      J'adore le prénom de la mère d'ADE!

      Supprimer
  3. très joli billet! tout a l'air de bien se passer, je suis contente pour toi!
    ce que je voudrais retenir de septembre.... pas cette journée pourrie qui s'achève, ni les cris de Broutille la nuit depuis son entrée à la crèche, ni l'insulte que j'ai reçue aujourd'hui de la part d'un élève... à part ça, tout va bien!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pas tout, pas tout mais je retiens le bon, le meilleure... les petits détails qui me manqueront un jour je le sais. Entrée crèche difficile? Bisous et à très vite!

      Supprimer
  4. "Quelques jours de temps chinois" : c'est joli, j'ai souri (je vois très ce que tu veux dire !).
    Mon moment de septembre… il faut que je te le raconte, quand on aura le temps. :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oh aurai-je le temps dans une autre dimension? Non sans blague, appelle moi!

      Supprimer
  5. J'adore ces petites tranches de vie <3
    Le Goût du Bonheur est un classique chez nous, je l'ai offert à tout le monde dans ma famille ^^
    Gros bisous à vous trois !!

    RépondreSupprimer