6 févr. 2014

Sur le chemin de ma reconversion professionnelle...

Ne me demandez pas pourquoi je suis en train d'écrire un article en plein milieu de ma journée alors que je devrais être dans mes fiches de révisions de français ou mes exercices de math...

L'appel de l'homme me disant qu'il sera absent 8 jours, Amsterdam et Shanghai, à partir de la semaine prochaine, m'a plongée dans une profonde réflexion.

Comment vais-je m'organiser?

J'ai certains cours qui commencent à 8 heures du matin à l'ESPE, mais Camille doit être à la crèche pour 8h30. Je vais forcément louper le début. Bon. 

Ensuite, les trajets: 

- Chez nous - la crèche en voiture
- La crèche - l'ESPE en métro et bus
Pareil pour le retour... = journées à rallonge!



Je l'ai déjà fait en octobre quand l'homme est parti en Chine et Singapour. J'avais très peur et finalement je m'en suis très bien sortie (Même si c'est franchement épuisant de gérer une journée de cours, de ménage/cuisine et bébé!).

Sauf que là, j'ai des révisions à faire, j'ai du boulot par-dessus la tête et ce n'est pas vraiment les conditions optimales pour m'en sortir. Je sens que je décroche. 

Février... tic tac tic tac... encore 3 mois...

Le concours m'a beaucoup stressée en début d'année avec le cumul de maladies de Camille, je me mettais une pression d'enfer. Surtout quand j'allais en classe et que je voyais des nanas de la vingtaine en train de bosser comme des folles. J'y arriverai pas...

Je ne me sens pas prête... le temps file...

Quand j'ai pris la décision de passer le concours de professeur des écoles, je n'ai pas eu conscience de me lancer dans une entreprise aussi ardue. Non que je minimisais la difficulté de la tâche, c'est surtout l'aménagement de mon temps qui est un vrai casse-tête. A force de me répéter que j'aurai le temps, je vois le concours pointer le bout de son nez et je ne suis pas à la moitié de ce que je devrais savoir.

Panique à bord!!! Larguez les amarres!!

Les maths nécessitent énormément d'entraînement, des heures d'exercices, l'apprentissage des théorèmes, des règles. Le français n'est pas forcément plus facile pour moi, les synthèses de textes et autres commentaires demandent aussi beaucoup de réflexions. C'est prenant. Tu peux pas t'arrêter 30 minutes pour faire autre chose et t'y replonger, non, ça marche pas. Mon rythme de travail est souvent cassé par des choses qui doivent être réglées (docteur, administration, RDV, courses, ménage).


Ajoutez à tout ça, la partie "pédagogie" que je découvre entièrement! On nous demande de connaître les programmes, les niveaux, les cycles, le BO et ses compétences (dans chaque matière). De savoir préparer une fiche de prép, d'énoncer les grands principes de l'école de la République: publique, gratuite et laïque. De lire l'actu et d'avoir une opinion sur les sujets qui font débat : les rythmes scolaire, la maternelle pour les deux ans, le décrochage, le lien entre les familles et les profs, l'accompagnement des profs... 

C'est passionnant mais c'est tellement tellement d'informations... je lis des heures chaque jour, j'engrange des tonnes de savoirs, notions, règles, idées, dates... mais à côté, je dois continuer à gérer la maison. JE VEUX TOUT faire mais mes journées ne font pas 36 heures!


Changer de voix professionnelle et être maman d'un enfant en bas âge, c'est putain de difficile! 


Je suis pourtant passionnée et très motivée par ce métier, je le sens, c'est ma vocation. Plusieurs personnes dans ma vie m'ont dit que c'était un métier pour moi, ces personnes le savaient avant moi. Mais le concours, ça me fout les boules, ça me met les nerfs, le stress, c'est une compétition à la con qui recrute les meilleurs candidats formatés au concours mais pas les meilleurs enseignants. Il faut passer cette barrière de l'écrit et ensuite... l'oral... et là, on nous demande encore plus, et c'est bien normal. C'est un entretien d'embauche. Est-ce que je confierai mes enfants à cette personne-là? Est-ce qu'elle me paraît professionnelle? 


Alors, je suis partie à la recherche d'un stage d'observation, toute seule contre l'administration française! Ah ah ah! Je fais ma quête pendant plusieurs mois et j'ai trouvé! J'ai trouvé quelque chose, qui je l'espère, va me redonner la force de continuer.

J'ai trouvé *un stage en maternelle* JOIE et BONHEUR!

C'est fin mars.

D'ici là, je serai peut-être morte écrasée par trois tonnes de livres de prépa au concours... hum...


Je déteste les concours.


Ça vous paraît fouillis tout ça? c'est normal! C'est l'état de mon cerveau aujourd'hui, j'y arrive pas, à me concentrer, à rester focaliser sur mon but, j'y arrive pas.


Je ne m'avoue pas vaincue, je ne suis pas défaitiste mais je sens que la réalité me rattrape. Il me faut un plan B au cas où... parce qu'il y a quand même de grande chance pour que je doive le repasser. Et ça peut pas continuer comme ça, je dois BOSSER et gagner DES SOUS pour acheter des couches!

Si je m'écoutais, je me mettrais sous la couette avec un film dégoulinant comme ça par exemple!



21 commentaires:

  1. Je t'envoie tout mon soutien <3

    L'année de préparation à ce concours reste pour moi un souvenir de stress permanent, de charge de travail énorme, de pression, de compétition...

    Avec le recul, je me souviens aussi que les filles type "premières de la classe", toujours au premier rang et ayant élu domicile à la BU ne sont pas forcément celles qui ont le mieux réussi.
    La réussite passe aussi par une certaine capacité à mettre les choses de côté parfois, à prendre du recul, et à aller à l'essentiel.

    En tout cas, je suis très admirative des personnes qui comme toi, préparent ce concours tout en devant porter la casquette de maman. Je pense que j'en serais aujourd'hui incapable !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour, je suis en pleine réflexion sur mon avenir professionnel. Actuellement formatrice et commerciale en cosmétologie, je pense au métier de professeur des écoles... Le CNED est-il valable pour se préparer au concours? Y a t-il des écoles pour cela??? Merci par avance de vos réponses

      Supprimer
    2. Le CNED est valable bien sûr! Mais ça coûte un certain prix. Il y a aussi de formations privés pour 1000/2000 euros l'année. Et enfin, retourner à l'IUFM (maintenant ESPE) et faire un DU de préparation sur l'année pour 300 euros environ. C'est ce que j'ai fait!

      Supprimer
  2. Du courage ma belle !
    Alors ce que je peux te dire, c'est que la quantité de travail ne fait tjs pas la qualité. Pour mon concours de médecine, j'ai tjs cru que je travaillais moins que les autres... ms je me suis rendue compte que ceux qui bossaient tout le tps n'étaient pas forcément les meilleurs.
    Ne te fais pas avoir par ces apparences.
    Après, tu n'as plus 20 ans, et tu as les atouts de ton âge ! Tu ne t'en rends pas compte, ms sur certains points, tu percutes davantage, etc...
    Accroche-toi, fonce !!!!

    RépondreSupprimer
  3. Que répondre à vos deux messages?
    Ils me font chaud au coeur! Je me rends compte que depuis que j'ai Camille, vous êtes toutes les deux dans ma vie (comme quelques-unes comme Mymy!) et je VOUS ADORE! Toujours le mot pour me réconforter, m'encourager! Bertille, très présente pendant la prématurité de Camille, Soma, expérience de l'expatriation en commun et tous ces questionnements en commun!
    J'espère qu'un jour, je pourrai vous remercier en vrai!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu es adorable !
      Je pense qu'il ne sera pas très compliqué de s'organiser une petite rencontre, peut-être à l'été, quand nos emplois du temps nous permettront de souffler un peu. Lille-Béthune, ça se fait en train, en ligne directe en 45 minutes, ou en voiture en à peine plus longtemps ;)

      Supprimer
  4. Je trouve complètement dingue qu'il te faille te plier à ce p*T**n de concours à la noix! Tu as déjà enseigné, tu as vécu des années dans un pays étranger, tu as vécu 1000 fois plus de choses que n'importe quelques nénettes de 20 ans qui sont passés de leur lycée aux bancs de la fac.
    Je trouve scandaleux qu'il n'y ait pas d'aide, de cours de révision collectifs, bref que ta vie de maman étudiante ne soit pas plus simple!!
    je sais bien que tu n'es pas la seule dans ce cas, que d'autres sont passées par là, que tu t'en sortiras même si ça te demande des nuits blanches et de travailler bien plus dur que les minettes de 20 ans, mais bon sang, que c'est agaçant!
    Je t'envoie tout mon temps libre pour que tu puisses te plonger sous un plaid, dans ton canapé moelleux et tout mon espace de cerveau disponible pour t'aider à enregistrer tout ces trucs qu me paraissent bien abstraits!
    Je t'embrasse :-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Magic! Tu es encore plus révoltée que moi LOL! Merci pour la solidarité! J'ai vécu des trucs oui mais plus j'avance dans le concours et plus je vois aussi mes lacunes... après tout, je dois enseigner aux enfants, c'est une lourde responsabilité. Enseigner le français à Taiwan, c'est quand même plus tranquille en terme de pression. :) Mais ça me met du baume au coeur! Merci! :)
      Les nanas de ma classe sont sympa mais on a pas la même vie, alors elles peinent à imaginer ce que je vis avec Camille.

      Je me souviens d'un jour où j'étais un peu à bout car Camille était souvent malade et que j'avais raté mes cours de math. La nana m'a rétorquée: T'es sûre que tu étais prête à avoir un enfant? t'as pas l'air de gérer ça très bien!

      LOL

      Heureusement que j'ai le sens de l'humour!

      Supprimer
  5. Je te comprends à 100% pour les concours, je trouve ça plutôt injuste comme moyen de recrutement car comme tu le dis ce ne sont pas forcément ceux qui réussissent le mieux au concours qui feront les meilleurs enseignants par la suite !! J'ai passé ce concours de professeur des écoles mais ce n'était pas une vocation pour moi et je ne l'ai absolument pas buché comme il aurait fallu. J'ai une amie qui l'a eu e le bossant correctement une année. Il ne faut pas se décourager, mais je comprends qu'avec ton fils c'est pas évident pour toi de t'y consacrer à fond.
    C'est un bon plus de faire un stage pour l'oral !! Bises

    RépondreSupprimer
  6. Ton expérience fera la différence c'est sûr ! Un jour j'ai voulu passé le concours pour être orthophoniste, y'a genre 1% de réussite et j'étais dépitée quand je voyais toutes les filles de 18 ans dégoulinant de savoir et de motivation. Pourtant quand j'ai rencontré plusieurs pros qui faisaient partie du jury ils m'ont tous dit que souvent c'était celles qui se plantaient tellement elles étaient sûres d'y arriver car elles "bossaient" sauf que bon c'était pas frocément efficace (au final je l'ai pas passé car on est parti à l'étranger mais ça c'est autre chose...). COURAGE, je suis sûre que tu peux le faire, tu m'as l'air d'avoir des ressources et une expérience que bien d'autres profs n'ont pas :D

    RépondreSupprimer
  7. Je suis là, tu veux chater !!!???
    Je suis révolté comme Magictrouille : c'est ça qui nous a rebouté le plus à venir en France. Devoir passer un concours pour avoir le droit d'exercer un métier que tu as fait depuis plusieurs années, je comprend pas ... Passer une partir du concours, ok, genre les trucs que tu connais pas. Enfin tout ce système de concours je n'ai jamais approuvé c'est typique français et ça met la pression là où on devrait être plutôt calme et bosser tranquille.

    Comme Soma, je pense que tu as des atouts à être plus mature, d'ailleurs même en FLE tu étais déjà mature :-)
    N'essaye pas de tout tout faire bien : si la maison est dégueu pendant 1 semaine c pas grave. Demande à ton pote de venir fire la vaisselle et de garder Camille un samedi pour que tu puisses aller à la BU.
    Je sais que tu vas y arriver, et si c'est pas cette année, ce sera l'année prochaine, tu n'es pas à la rue, je sais que tu voudrais contribuer aux finances du foyer mais tu as la chance pour l'instant que l'homme ait un bon boulot. Ne laisse pas les sous te stresser ma Sophia ♥♥♥
    Plein plein de courage et de bisous xx

    RépondreSupprimer
  8. It's a pretty tough job. I really cant imagine how you do it!!
    keep going! you are a great great teacher! :D

    RépondreSupprimer
  9. Courage! Sois douce avec toi, c'est pas évident de gérer sur tous les fronts. Si le ménage n'est pas nickel tant pis, hein ;-)
    J'espère que ton expérience (si enrichissante pour tes futurs élèves) sera reconnue!

    RépondreSupprimer
  10. Que la force soit avec toi!!! Plein de courage! Je compatis et je comprends ton surmenage, une activité intellectuelle demande des heures de concentration de suite, on ne peut pas jongler entre ça et autre chose, ça prend BEAUCOUP de temps... Mais je veux te dire: si tu sens que c'est vraiment ce que tu veux faire, ne sois pas trop pressée de travailler (surtout si vous vous en sortez déjà à peu près), ça viendra, il vaut mieux se donner un peu de temps pour arriver à son but plutôt que vouloir aller trop vite et ensuite galérer. Ose! En plus c'est à ta portée, de par ton expérience surtout, c'est juste une question de temps, et même si ça ne passe pas cette année ce sera l'an prochain, ce n'est pas grave! Mais ne désespère pas! Sois sereine... Gros bisous

    RépondreSupprimer
  11. Courage !

    Pour l'avoir tenté le concours, je peux te dire que l'écrit n'est pas si terrible que ça ... si ça peut te rassurer.
    Et je suis sure qu'avec ton expérience tu t'en sortiras aussi à l'oral !

    RépondreSupprimer
  12. Je t'envoie tout mon courage, j'ai passé mon master de l'enseignement il y a deux ans, j'ai passé le concours dans la foulé et oui c'est CHAUD (l'abricot) ! Et je n'avais pas de bébé à gérer :/ mais j'avais 1000 Km par semaine dans les dents car j'ai fait ma dernière année en alternance et on va dire que les stages, ils ne m'ont pas mis dans les écoles les plus près (ça aurait été trop simple...). Bon j'avoue la première année, quand tu es stagiaire est aussi dure... La 2e tu peux un peu lever le pied mais pas trop non plus... La 3e (pour moi l'année prochaine) c'est l'inspection :/ Enfaite, prof c'est un boulot difficile et c'est difficile d'y arriver ! Mais vu ta motivation, je ne vois pas pourquoi tu échouerais !

    RépondreSupprimer
  13. Salut !
    Si ca peut te rassurer, mon pere a fait une reconversion a 50ans, il a passe le concours pour etre professeur d'arts visuels a Paris en primaire (comme instit mais juste pour l'art), il devait gérer son metier, ses enfants et la preparation au concours, et malgre le fait qu'il n'a pas pu travailler comme il le voulait, il l'a eu ! Tu devrais quelques temps avant le concours demander a quelqu'un de ta famille, tes parents si tu le peux, de venir s'occuper a plein temps de Camille pour n'avoir a penser qu'aux revisions. Bon courage ! Moi je suis le genre de nana dont tu parles, qui a la 20taine et qui ne connait que la fac, et franchement, j'adorerais connaitre une etudiante differente comme toi ! Je suis admirative de ton courage :)

    RépondreSupprimer
  14. Courage courage, ça vaut le coup de s'accrocher : la preuve sur mon blog, où je raconte des reconversions réussies... A lire pour se donner la patate : http://lesnouveauxaudacieux.com/

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Corinne, ton site est super, j'y vais de ce pas lire quelques témoignages et peut-être qu'un jour j'écrivais pour toi ;) Merci en tous cas!

      Supprimer
    2. Merci de ce retour :) A bientôt, un jour prochain, c'est noté !

      Supprimer
  15. Juste en passant, un petit mot pour te souhaiter un bon courage ! Je suis dans la même situation que toi (à peu près): maman de 3 enfants (2, 4 et 7 ans), ex-ingénieure en reconversion dans l'enseignement Montessori ! En ce moment, je suis dans ma dernière ligne droite: stage en pre-school à Kuala Lumpur. Je jongle entre mes 6 heures d'école dans la journée, mon rapport et mes lessonp plans, child profile, etc ... à taper le soir, le homeschooling partiel de mes 2 filles (elles vont à l'école en anglais, mais il faut bien leur apprendre à lire et écrire le français), et mon job de guide volontaire du musée national de KL). Entre tout ça, faut emmener et rechercher les minots à l'école, aider pour les devoirs, les activités ... et la maison quoi (j'ai une aide pour le repassage, youpi !).
    Donc ton article, c'est celui que je rêve d'écrire pour me justifier auprès de mes lecteurs qui trouvent que je ne suis plus très assidue sur mon blog ces temps-ci. Merci !
    (et bon courage: tu ne le regretteras pas, je pense !)

    RépondreSupprimer