22 mai 2013

Back home

Ça y est, nous sommes rentrés chez nous, en France, dans notre pays héraultais, dans notre petite maison du bord de l'étang de Thau, entourée de vignes et de champs de blé.
Tout est nouveau pour lui: le bruit du vent dans les grands pins, les poules qui gloussent dans la basse-cour, le calme de la campagne, la nuit noire et les gros dodos! Il n'a jamais dormi autant, mais c'est normal, il est décalé, fatigué alors il dort dort dort beaucoup. De 18h30 à 6h du matin avec un biberon endormi vers 2h et une couche à changer. 
Sa peau est toute sèche (la mienne aussi, au secours!), il ne connait pas le froid piquant, il remet les pyjamas chauds.
Les promenades en poussette sont rythmées par le chant des oiseaux et plus le bruit des scooters, toujours ce petit vent qui l'excite plus qu'il ne le calme l'après-midi. Le bain est pris après la promenade, il ne transpire plus mais il a les joues rouges de froid.

C'est une arrivée difficile car tout le monde veut un petit bout de lui et pour moi ça fait beaucoup d'un coup. Ils veulent toucher bébé et embrasser bébé et moi je pense aux microbes, je pense aux mains pas lavées (mais lavez-vous les mains bon sang!), je pense à la fatigue engendrée par ce voyage, ces heures de vol, de train, d'attente, de voiture... et je vois ce bébé qui a besoin de calme, de ne pas être trop pris dans les bras de tous, parce que ça fait beaucoup, ça fait un peu beaucoup pour nous. 

Pour tout vous dire, le vol s'est super bien passé, 13h de vol où il a dormi la plupart du temps. L'attente à Paris, ça s'est passé, j'ai changé ce bébé sur une table de Class ‘croûte devant pas mal de voyageurs (m'en fou... mais où sont les breast feeding room?). Par contre, les 4 heures de TGV ont été très dures. Et le trajet en voiture (pas si long mais l'accumulation...) dans le siège-auto, encore pire. J'ai détesté le voir comme ça.

La première chose que j'ai faite en arrivant chez moi, c'est de le laver, le mettre en pyjama, le nourrir et au lit. Tant qu'il n'était pas au lit, propre et bien rempli, je ne pouvais pas respirer, vivre, voir que j'étais chez moi, m'asseoir...

Si j'avais eu le choix, jamais, jamais, jamais je ne lui aurais imposé un voyage aussi long. Je sais que beaucoup de mamans vont me dire qu'elles ont voyagé tôt avec leur bébé et qu'un bébé ça s'adapte et tout et tout. Moi je sais juste que ça m'a fait mal au cœur de le voir lutter contre la fatigue, le décalage, le bruit, le mouvement... et que si j'avais pu attendre encore quelques mois, je l'aurais fait. Je le protège sans doute trop, je suis sans doute trop nerveuse car c'est mon premier et que blablabla préma mais, je le ressens comme ça, je pense que ça fait trop et que ce petit bébé a eu assez d'émotions comme ça. 
Maintenant, on va y aller tranquille, on va prendre notre temps, on va profiter un peu avant de repartir pour d'autres nouvelles aventures, on va vivre ici chez mamie, mamie folle qui s'affaire en cuisine, mamie ravie par l'arrivée de 3 personnes supplémentaires (ravie pour le moment! hihihi!), mamie jeune qui fête ses 49 ans aujourd'hui. 


Demain, je vais découvrir ce que vous appelez les PMI en France, j'ai hâte de poser toutes mes questions à des professionnels de la santé en français et d'enfin avoir des réponses claires.
Demain, je saurai pourquoi j'ai un bébé tout le temps constipé, quoi faire pour le soulager, si je peux passer au lait deuxième âge, si je peux commencer à introduire un peu de légumes en purée et plein d'autres choses.

J'ai tant de choses à vous dire... sur la suite de notre vie ici.
Bises.
S.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire