30 mai 2018

Quand le futur se dessine...

Le mois de mai était fort attendu par ici, parce que c'est le mois où nous attendions le verdict final de mon affectation en septembre prochain. Pour ceux qui ont du mal à suivre je suis en congé parental depuis février 2017, ce qui fera 1 an et demi sans avoir remis le nez dans mes cahiers. J'avoue avoir été très angoissée par cette affectation. Dans ma tête l'expression " à quelle sauce vais-je être mangée?" tournait en boucle! 

Mon futur poste de maîtresse

Je ne vais pas vous faire languir, j'ai eu la grande chance d'avoir un poste au premier mouvement (ce qui assez inattendu vu le nombre de points que j'ai he he!). Je vous passe l'immense déception que j'ai vécue après avoir été affectée sur 4 super postes tout prêts de chez nous (avec une école dont je connaissais le potentiel "alternatif"), on va appeler ça rapidement les dommages collatéraux du mouvement intra-départemental. Passés les premiers jours "crises de nerfs" à essayer de comprendre le pourquoi du comment, mon esprit a commencé à accepter et surtout à voir la richesse de l'année qui se profile. Je serai donc maîtresse de maternelle (explosion de joie) dans 4 classes différentes  dans 3 écoles (ah ah, tu sens que ça se gâte?) avec plein de niveaux mélangés (hou là là, mais qu'est-ce que c'est que ça!!!). Lol je ris toute seule car je sais que ça ne va pas être de tout repos et que je vais devoir faire preuve d'une grande adaptabilité mais au final je vais faire connaissance avec trois équipes éducatives et découvrir quatre façons d'enseigner différentes

Je vais enseigner dans deux écoles à Lyon 8ème (TSP/PS/MS et PS/MS/GS) et une école à Lyon 2 (MS). Je rencontre mes collègues dans les semaines à venir et je sens déjà que les équipes sont avenantes et dynamiques. Je suis à la fois excitée de me remettre dans le bain et nerveuse (vais-je être à la hauteur?). Mes collègues du Nord et mes amies lointaines m'assurent que oui mais je crois que j'ai besoin de beaucoup l'entendre (y a comme un petit déficit de confiance en soi qui s'est crée ces dernières années!). L'an prochain, je serai aussi à 80% donc j'espère que je saurai gérer mon temps convenablement et bien équilibrer avec le temps de famille.

La garde d'Ulysse

Mai est arrivé avec cette nouvelle mais on en attend encore bien d'autres en ce qui concerne les gardes d'Ulysse (sur les 15 derniers jours d'août et pour l'année 2018/2019), j'attends des réponses de commissions de la mairie pour les crèches municipales et si les réponses sont négatives, il va falloir s'attaquer au plan B: harceler les crèches privées et/ou chercher la nounou en or du quartier!). Verdict en juin.

Camille, rythmes scolaires et activités 

D'autres choses se dessinent pour l'an prochain. Quand on est parents, on est un peu à la merci des nouveaux rythmes scolaires. L'an prochain, Camille et moi, nous aurons le même rythme de classe puisque toutes les écoles de Lyon passent à la semaine de 4 jours, avec des journées un peu plus longues. Il faudra donc compter sur la garderie jusqu'à 17h30 voire 18h30 si je ne peux pas faire le chemin retour dans les temps. Le mercredi, il ira au péri-scolaire le matin et l'après-midi, je me transformerai en maman-taxi pour l'accompagner à sa toute nouvelle activité " l'aïkido ".

Camille a eu l'occasion d'essayer le judo et l'aïkido pendant une semaine d'essais gratuits dans un Dojo du 6 ème arrondissement. En sortant de ce deuxième cours, le cri du coeur: Je préfère l'aïkido!

Après une première année de gymnastique à 4 ans, et quelques mois de karaté à 5 ans, nous commencerons l'aïkido pour ses 6 ans. Rien de foufou, juste une petite heure le mercredi après-midi pour l'ouvrir à un autre univers, avec d'autres façons de faire, d'être, d'agir... 

Je me souviens que lorsque je faisais de la danse, entre 7 et 14 ans, ce qui me plaisait le plus au delà du fait que j'aimais la discipline c'était cette impression de partager un univers avec d'autres personnes qui ne faisaient pas partie de l'école. Il y avait l'école ET la danse. C'était deux mondes parallèles. Et lorsqu'à l'école où je n'étais pas forcément en position avantageuse car je n'étais ni la plus douée de la classe, ni la plus jolie de la récréation (que ce monde est cruel!), à la danse, par contre, je faisais partie de ces quelques élues qui brillaient. Sans prétention aucune, je ne crois pas avoir été hors du commun mais j'étais une petite fille gracieuse, fine et souple. A l'école, j'étais souvent la plus petite de ma classe, pas très à l'aise devant un groupe (ce qui a bien changé depuis!). 

Camille a bien le temps de voir ce qui lui plaira plus tard et un jour il choisira son activité plus librement. Pour le moment, nous lui offrons "la possibilité de" pratiquer un art martial. Evidemment, nous orientons ses choix... je le reconnais, ce n'est pas moi qui lui proposerai de faire du tennis ni du foot. Mais j'ai la certitude que si plus tard ça lui dit bien d'essayer, je serai ouverte à tout (pas le foot pitié!). Avec son papa, on se dit souvent qu'il a un corps parfait pour faire de l'escalade, il est svelte, menu et il adore grimper dans les arbres. 

Camille, à ce jour, nous montre bien son grand intérêt pour la trottinette à deux roues et le skate park, il bouffe littéralement des yeux les jeunes garçons qui s'autorisent des figures aériennes compliquées. Nous venons de lui en acheter une qui lui permettra de s'essayer au free-style, reste plus qu'à l'apprivoiser. A suivre...


Retrouver des amies


Ce mois de mai nous aura aussi permis de passer de bons moments avec des amis chers. Un couple d'amis rencontrés par hasard en décembre dernier, elle, on la connaissait bien, très bien même puisqu'on a passé nos premières années d'études à Montpellier ensemble, elle était la petite amie de notre meilleur copain (qui vit désormais à Hong Kong). Aujourd'hui, elle est puéricultrice, photographe  passionnée pour les futures mamans et les petits bébés et...elle est aussi belle qu'une poupée. Lui, son mari, on le connaissait pas mais il nous a bien tapé dans l'oeil, il est photographe professionnel et absolument charmant. Nous les voyons de temps en temps, chez nous, au parc, en balade en ville pour un pique-nique improvisé et ces moments sont délicieux. Ces deux-là... j'espère que nous les garderons bien au chaud dans notre cercle de super copains. 

Il y a eu une rencontre aussi surprenante qu'inattendue, une rencontre en vrai d'une amie de très longue date virtuelle. Je savais qu'elle vivait à Lyon et notre rencontre devait bien arriver un jour ou l'autre mais par hasard je suis tombée sur sa fille (au cours d'aïkido!) et sur son amie/voisine de quartier. En moins de temps qu'il ne faut pour le dire, je me suis retrouvée à boire le thé chez la copine et là, mon amie D. est arrivée, là voici devant moi en vrai ( 12 ans de virtuel ça fait quelque chose quand même!) émues et hyper heureuses, nous nous sommes retrouvées comme si nous nous connaissions depuis une éternité. Quelques jours plus tard, nous étions à la fête des voisins de son quartier. De vrais bons moments, de vrais personnes sympathiques, chaleureuses avec qui ça matche. 


La suite...

En juin, je vais rencontrer mes futurs collègues, entrevoir mes futures classes et certains élèves. Je vais tester pour la première fois les chemins que j'emprunterai quotidiennement l'an prochain. 
En juin, il faudra régler la question d'Ulysse.
En juin, nous aurons de la visite de la famille mais aussi des copains de Hong Kong. 
En juin, Camille fera ses dernières semaines de maternelle.
Et j'espère que nous aurons d'autres bonnes surprises!



30 avr. 2018

Les nouveaux terrains de jeux et de découverte à Lyon 6.

Notre appartement à Lyon se situe dans un coin plutôt calme du 6ème. Certains diraient qu'il n'y a pas de vie de quartier. Moi, je suis bien contente d'être au calme le soir et de ne pas avoir des sorties de bars, de ciné ou restos. Quand on a fait nos visites d'appartements en décembre dernier, on avait déjà repéré le Parc de la tête d'Or et on s'était dit que si on n'avait plus de jardin, il fallait qu'on ne soit pas trop loin d'un parc comme celui-là. Je dirai même que c'était vital pour notre santé mentale. Je vois aujourd'hui l'importance de ce terrain de jeux 117 hectares tout à côté de chez nous.

On a pensé à des quartiers plus familiaux et moins chics (Montplaisir ou Monchat) mais c'était très loin du boulot de l'homme. Avec nos trois petits mois de recul, je crois qu'on a pris une sacré bonne décision. Non seulement le parc de la tête d'Or fait partie de nos sorties quotidiennes (quasiment chaque matin avec Ulysse et quelques après-midi les mercredis et week-end) mais en plus nous sommes tout près des berges du Rhône. En marchant une quinzaine de minutes, nous arrivons au niveau de la passerelle des Collégiens et ses aires de jeux très sympas, plus loin, les péniches-bars nous font de l'oeil pour nos sorties sans enfant. 

Voici quelques photos des endroits qu'on aime ou où l'on va le plus souvent depuis qu'on vit ici. Cela changera sûrement avec le temps mais pour l'heure, on est ravis.


Le parc de jeux des bateaux pirates et les jeux d'eau au niveau de la passerelle des Collégiens. On arrive à y aller une fois par semaine. Et depuis qu'il fait un peu chaud, la partie "eau" est très demandée! C'est drôle de voir comme chaque parent est différent dans son rapport à l'eau avec son enfant. Il y a les extrêmes: foutus pour foutus, les gamins sont presque en couche ou en slip, totalement trempés. Et puis, les autres: ceux qui n'avaient peut-être pas prévu que le gamin se mouille (? lol ?) et là, à chaque goutte sur la jupe ou le t-shirt c'est le drame. Bon. Je me moque gentiment mais je dois faire pareil quand je suis pas d'humeur à les changer 50 fois. Dans notre cas, il y a des affaires de rechange dans la poussette pour les deux, la crème solaire, les casquettes et je dis halte-là lorsque je vois qu'Ulysse veut mettre ses chaussures dans le bassin. On ne va pas jusque là, c'est pas l'été non plus quand même. 

La partie toboggans et bateau de pirates (qu'on ne voit pas très bien à gauche) et les berges et la piste cyclable à droite.

Parcours d'eau, les enfants adorent!





Le parc en face de l'église: notre sortie quasiment quotidienne après l'école. On regrette juste la propreté un peu douteuse du jardin. Je n'ai pas pris les structures de jeux en photo ce jour-là il y avait trop d'enfants.




Le parc de la tête d'Or

C'est tellement immense que j'ai l'impression de découvrir un nouvel endroit à chaque promenade.  J'avoue que je m'y vois déjà pour quelques séances de yoga plein air! Voici les dernières découvertes en date: la balade en pédalo. 




Pauvre Ulysse, ça avait mal commencé pour lui ce matin-là avec une piqûre de moustique à l’œil qui lui fit gonfler la paupière et une chute sur le front. Juste avant d'embarquer on se demandait si c'était une bonne idée... et il s'est finalement endormie sur son papa. 





Le jardin botanique avec ses serres et ses différents jardins, les bassins, les poissons, les oiseaux. Carrément sympa!










Plus vers chez nous, une partie boisée de grands arbres: Ulysse court après les écureuils et les pigeons!


Nous avons beaucoup de chance d'avoir tant de nature à proximité, c'était un point non négociable de notre décision de revenir en ville. Mon homme et moi sommes des enfants plutôt des champs, j'ai grandi dans un village de 1500 habitants pendant mon enfance alors que lui vivait ses premières années dans une ville de taille moyenne (15 000 hab). Nous avons tous les deux été très proches de la mer, les champs, la garrigue... Je sais pertinemment que l'enfance de nos enfants ne sera pas la même mais je souhaite quelle soit au plus proche de la nature même si nous sommes citadins. Je sais aussi que nous offrons à nos enfants des tas de choses que nous n'avons pas eu enfants, d'autres choses, différentes. Notre époque est aussi très différente, nos parents n'avaient pas la même pression que nous face à l'éducation. C'est un peu qui me perturbe souvent, je souhaite tellement le meilleur pour eux que j'en fais trop et la plupart du temps, ils n'ont pas le besoin. Je me stresse pour des sorties ou des choses à faire... c'est pesant. Alors, depuis peu, j'essaye de me détendre par rapport à ce que je leur propose, je ne me force plus à faire des choses. Enfin... j'essaye! Le chemin de la parentalité est semé d'embûches! He he!




Vacances de printemps dans l'Hérault

Comme je l'avais prévu, les traditionnelles vacances dans la maison de famille du petit village héraultais nous ont fait beaucoup de bien au coeur, au corps et à l'esprit. La dernière fois (en février), le retour dans le froid et la grisaille de Lyon avait été difficile pour moi. Pas cette fois, soleil et chaleur se sont bien installés au cours du mois laissant un doux parfum de printemps flotter dans l'air matinal sur le chemin de l'école dès la rentrée. Il ne m'en faut pas beaucoup plus pour retrouver sourire et bonne humeur. Qui disait que le temps n'a pas vraiment d'impact sur l'humeur des gens? Moi je suis touchée de plein fouet par chaque variation d'ensoleillement. Ma personne est-elle faite pour vivre éternellement au soleil? (Rappelez-moi que je rêve d'un road-trip en Ecosse...!)




J'en reviens à nos vacances passées chez ma mère. Je mesure la chance incroyable que nous avons de pouvoir régulièrement nous ressourcer dans la maison familiale du petit village de mon enfance!

La maison ne fait pas tout bien entendu, elle ne serait rien sans l'accueil incomparable de ma mère. Quand j'arrive, c'est bien simple, mon esprit peut enfin partir, s'échapper, rêvasser... Les enfants sont tout occupés à jouer pendant des heures dans les différents coins de la maison avec ou sans mamie, mais plus souvent avec mamie qui pourrait passer sa journée à jouer sans relâche. Entre deux jeux, elle arrive à mettre un repas en route, étendre un paquet de linge, aller chercher du pain... 54 ans bientôt et toujours tant d'énergie, c'est incroyable! C'est le genre de femme qui est faite pour s'occuper d'enfants: patience et bienveillance naturelle. Pourtant, ce n'est pas d'enfant dont elle s'occupe mais d’huîtres. Ostréicultrice. C'est son métier. Pas de surprise si nous vivons près de l'Etang de Thau.

J'ai toujours énormément apprécié mes retours à la maison, surtout lorsque je revenais de Taiwan, où je profitais de chaque moment intensément car je savais qu'ils étaient rares. Quelques semaines et je repartais dans mon tumulte taiwanais. Aujourd'hui, lorsque je suis chez ma mère, j'apprécie d'être soulagée des enfants, de ne pas avoir à m'occuper d'eux à chaque instant. Quel luxe! Je rêve sur la terrasse au petit matin, je lis allongée sur le canapé, je prends mon café au lait très longuement. Ce sont des petites choses qu'on ne fera pas avec deux enfants foufous qui piaillent autour de soi. Je prends le temps... je paresse... et ne croyez-pas que ma mère s'en offusque! Elle n'a jamais beaucoup voulu qu'on l'aide dans sa maison, c'est elle le maître des lieux. 



Toujours matinaux... des réveils entre 7 et 8 heures.

Rue pavée du centre du village, on va chez mon frère.

Les premiers jours nous avons cocooné à la maison sans trop se risquer dehors, le temps était maussade, humide et gris. Tempête de pluie sur tout le sud de la France, le pire temps d'avril qu'on puisse imaginer. Ça ne nous a pas gênés mais ma belle-mère qui tient un mini-camping a beaucoup souffert des inondations sans compter la mauvaise humeur des gens venus pour la semaine (Comme on les comprend!). Mais le troisième jour, le soleil était revenu. Timide le matin, il nous a permis de faire notre chasse aux oeufs et plus fort l'après-midi, nous avons profité d'un long repas dominical en terrasse chez belle-maman. Quel plaisir! Ce fut l'été d'un coup! En fin de soirée, nous avons même poussé jusqu'à la plage pour une petite heure et nous avons eu la joie de voir les enfants se mettre dans un état indescriptible (sable mouillé et eau glacé bonsoir) en moins d'une minute! Je me vois encore derrière mon appareil photo en train de dire à l'homme: " Enlève vite tes chaussures où ils vont sauter dans l'eau tout hab... ah trop tard!"

Première chasse aux oeufs efficace pour Ulysse. Deuxième organisée dans le jardin de ma mère. 
Chez mamie Jo au Cap d'Agde - dimanche au soleil


C'était fun, c'était drôle et ça n'a pas du tout plu à ma mère quand nous sommes arrivés avec 6 kilos de sable dans les chaussures et les enfants à moitié nus dans les sièges auto. Gros fail des parents. C'est notre petit côté " pas toujours organisés". Au passage, ma mère me rappellera qu'elle n'a jamais eu à ramasser un grain de sable au retour de plage quand on était petits (heu... c'est une blague!).

Marseillan plage, un petit coin tranquille.
Entre 18 et 19 heures, le calme avant la tempête du retour!

Camille - athlétique!






La plage, on en aura bien profité le surlendemain avec une amie philippine et ses deux enfants ( 7 ans et demi et 3 ans). Restaurant en bordure de plage et tout l'après-midi à profiter du soleil et de l'air marin de la méditerranée. Les garçons étaient de vrais petits sauvages des eaux pendant que les deux plus petits passer des heures à se rouler dans les châteaux de sable et transporter des seaux d'eau. Les 2 mamans et mamie papotèrent tranquillement avec un oeil sur chaque enfant et la main sur la crème solaire.

Les pieds dans l'O, notre restaurant fétiche

Vue de dingue du restaurant


Notre petit coin à l'ombre et pique-nique

Moment complice entre frères

D'autres balades en campagne héraultaise ont fait notre bonheur cette semaine d'avril dont un endroit tenu secret par son propriétaire, un vieil ami de ma mère. C'est bien simple, chez lui, dès qu'on passe le portail, on se croirait dans un coin d'Amérique centrale. Les arbres, les plantes, les oiseaux... tout vient d'ailleurs. Entre 16 et 18 ans, j'y passais de longs moments à la piscine avec mon meilleur ami de l'époque (l'époque Dawson et Joey). Et ça m'a fait tout drôle d'y retourner avec mes enfants, l'homme a un peu vieilli et il nous a chaleureusement accueilli pour nous montrer les oiseaux, les perroquets, les paons et les autruches! J'espère qu'on aura un peu plus de temps l'été qui arrive pour revoir cet endroit et écouter les histoires de ce vieil aventurier.

Les moments passés au jardin l'après-midi (course avec le chien)

Des vignes, des fleurs, des arbres... ça c'est chez moi!





Non, ce n'est pas un zoo mais le jardin d'un vieil ami.



Et comme les moments simples sont souvent les meilleurs, nous avons pris beaucoup de plaisir à traîner au salon/sur la terrasse/dans le jardin les matins baignés de lumière ou le soir en revenant de nos éreintantes (lol) promenades: dessins-animés ou documentaires animaliers, Netflix a été notre allié pour le bonheur des petits et des grands. Grand grand coup de coeur pour un documentaire sur une famille de surfer qui fait le tour du monde. Tout simplement stupéfiant de beauté, émouvant, familial, contemplatif... un bon cocktail pour plaire à toute la famille! 





Doucement, on se réveille..


Assez chaud pour un petit bain sur la terrasse pendant la sieste du petit frère!


Autre petit bonheur, celui de découvrir mon frère et ma belle-soeur en plein travail sur leur tout nouveau terrain. Ils commencent enfin à mettre leur projet en place: des poules, un compost et des plantations de fruits et légumes. Mon frère a fait une formation de permaculture et j'espère que ce terrain vont leur permettre de se faire un peu la main. Courage à eux deux... !


 
Ulysse découvre le travail des champs!




  

Prochain RDV dans le sud le 12 juillet! A bientôt!


14 avr. 2018

Ulysse 21 mois

Ça faisait longtemps que je n'avais pas refait un billet sur Ulysse et son évolution, ce sont des billets qui me tiennent à cœur car on oublie vite à ces âges-là ce qui se passe vraiment, la routine, les petits mots rigolos, les habitudes, les difficultés. Quoi que... les difficultés laissent peut-être une empreinte  plus indélébile dans notre mémoire!

Retour en arrière...

Camille avait fêté ses 21 mois en juillet 2014, c'était l'été de nos premières vacances en famille dans le Vaucluse, on avait trouvé qu'il avait beaucoup grandi ce mois-là. Il parlait beaucoup, faisait 1000 bêtises, ne voulait jamais de chapeau sur sa tête, prenait beaucoup de risques (intrépide!), et ne pouvait passer une journée sans son doudou. Il avait passé une année à la crèche et il était fidèle à lui même: PLEIN D'ENERGIE! J'avoue qu'il me fatiguait pas mal avec des réveils à 6h/6h30. Je ne pouvais pas le quitter des yeux car il pouvait courir loin, loin, loin ou aller dans les coins les moins faciles d'accès - un enfant téméraire! Et à la maison, on était sur des bêtises à gogo (mais j'étais peut-être aussi plus hésitante sur ce qu'il pouvait ou ne pas faire... ). Camille est un enfant solaire, passionné, entier, spontané, intense.










Ulysse aura 21 mois le 14 avril 2018


Ulysse aussi a beaucoup évolué ces dernières semaines. Il me semble que je gère beaucoup mieux l'énergie de ce petit deuxième. On dirait de lui qu'il est de bonne composition, plutôt mondain et de plus en plus indépendant, il se décolle de moi avec beaucoup d'assurance. La petite nouveauté du mois de mars c'est qu'il a été gardé avec son frère sur un temps d'après-midi et de soirée (donc le coucher!) et qu'il a passé le test haut la main sans pleurer. Pour moi, ça prouve qu'il est capable de vivre sa vie (son frère était toujours là, ce qui facilite beaucoup les choses). Un autre essai sur un temps de midi sans son frère cette fois me prouve qu'il s'en sort comme un grand! Nous avons engagé deux baby-sitters qui se complètent à merveille dans les temps de garde et dans leur personnalité.



Ulysse pourrait jouer aux petites voitures et autres véhiculent des heures durant, il les aligne sur le bord de la table ou du canapé et il dit: "TU TUUUUTTT!". Parfois, il s'énerve et il jette tout par terre en criant, c'est souvent le signe qu'il a besoin de repos ou que sa couche n'est pas propre. Je lui dis: Je vais changer ta couche, viens! Et il tourne vigoureusement la tête: " Noooooonnn"!

 


Il ne demande pas après moi pour jouer à ses véhicules mais depuis 1 ou 2 mois, il vient chaque jour et plusieurs fois par jour me demander de lui lire une histoire. Souvent la même: La petite Taupe. Mais aussi les histoires du loup et celle du lapin qui se fait croquer les oreilles par le renard. Il est absolument dingue de l'histoire de Roule Galette en CD, on l'écoute dans la chambre et il s'assoit face au poste, subjugué par les voix, les chants.




Petite taupe ouvre-moi la porte


Il y a quelques jours, j'ai retrouvé une vieille boite de CD où j'avais rangé tous mes vieux CD de l'époque de mes 20 ans quand je vivais en Chine et à Taiwan. J'ai fait une trouvaille fabuleuse, un CD jamais écouté où il est écrit: "Chansons d'Okinawa" (donc en japonais...), nous l'avons mis dans le poste et là, la magie a opéré. La transe de mes enfants n'avait d'égale que mon émerveillement! Depuis ce jour, le rituel est le même, ils dansent comme des dingues (nus c'est mieux!) en se jetant sur les matelas au sol! Après chaque bain, le soir, j'y ai droit! Et gare à moi si je ne les laisse pas avoir un moment de nudité dansante! Je crois que cette image de mes enfants riant et dansant sur ce fond de musique japonaise sera un des moments les plus heureux de ce début d'année.

Tous les soirs, on danse!


Au niveau du langage, il babille encore beaucoup et semble parler dans sa propre langue, je distingue depuis peu: Y a pas, J'aime Pas, A peur!

...................................................................................................................................................................

Les journées d'Ulysse

Ulysse se lève à 7h30/8 heures et se couche vers 20h30 (j'essaye depuis quelques jours de le coucher en même temps que Camille et ça fonctionne!). Il boit son biberon du matin de 240/270 ml sur moi (moment de câlins).

Il passe sa matinée à jouer aux voitures, faire de la pâte à modeler ou colorier, lire (beaucoup). A part pour la lecture où je suis forcément à côté de lui, il peut passer beaucoup de temps sans moi. J'ai un oeil sur lui, toujours, mais il ne me demande pas. Nous sortons en général vers 10 heures pour une balade au parc de la Tête d'Or ou au parc de jeu à côté de l'école de Camille (le mercredi et le vendredi matin par exemple où nous allons chercher Camille à 11h30 à l'école). Il court comme un fou après les pigeons , les canards ou les oies en criant. Il ADORE remonter le toboggan à l'envers et je l'y encourage ( mais priorité à ceux qui descendent!). Il essaye de rentrer en contact avec des enfants mais ses babillages les laissent souvent perplexes! En tous cas, il va de l'avant, ni très sociable ni très timide, il sourit, il observe, il suit aussi son frère.








Ulysse a bon appétit! Il mange entre 11h30 et midi. Ses plats favoris sont: les vermicelles en soupe, les pâtes à la bolo (j'y mets des carottes et des pdt), le riz, la semoule, le poulet, le poisson pané (que je fais moi-même de temps en temps), les tomates crues, les carottes crues, les concombres. Nous avons eu une grosse phase de soupe l'hiver dernier mais ça ne lui dit rien depuis maintenant. Il mange aussi ses yaourts aux fruits, au chocolat et des compotes. Il adore le pain à grignoter dans la poussette sur le chemin de la maison. Il mange plutôt bien avec sa fourchette, je peux le laisser entièrement autonome mais à mes risques et périls. He he!


Parfois à poussette et parfois à porte-bébé




Une petite sieste entre 13 heures et 15 heures 30 parfois plus, parfois moins. Et le réveil, toujours un peu grognon, il a besoin d'un énorme câlin avant de repartir pour son temps de jeu. Mais déjà, c'est l'heure d'aller chercher Camille à l'école. Si le temps est chouette, on reste au parc encore une heure et on rentre un peu avant 17h30.

Un mercredi après-midi au parc de la Tête d'Or


Grand bonheur dans les flaques



Retour à la maison, il regarde un dessin-animé avec son grand-frère (Peppa Pig, Tro tro, Oua Oua... des trucs de petits pas trop énervants mais parfois Camille pousse pour avoir sa dose de Zig et Sharko). Je ne diabolise pas les écrans mais on fait très attention au contenu et au temps devant les DA.



Les frères prennent leur bain ensemble, dans l'immense douche. Je mets une mini-baignoire et une bassine et il joue pendant une vingtaine de minutes. Moments de complicité ou de disputes, au choix. Puis la danse de la nudité!

Je prépare alors mon repas et le calme revient (parfois à grands cris de maman fatiguée!). Nous mangeons vers 19h/19h30. Entre-temps, papa est arrivé et c'est l'effusion de câlins et la montée de l'excitation...!

A 20 heures, nous retournons tous dans la chambre pour les lectures et le bibi du soir. Je m'allonge près de lui une quinzaine de minutes (nous dormons sur des matelas au sol - il n'a jamais eu de lit à barreaux).on écoute la même berceuse depuis sa naissance et il s'endort encore de temps en temps à moitié sur moi... Je me retire de la chambre vers 20h30 parfois 21 heures le week-end.


Ajouter une légende



Vacances de printemps chez mamie